L’intelligence collective : une nouvelle nécessité pour les entreprises du XXIème siècle ? Oui, j’en ai l’intime conviction. Les organisations sont de plus en plus persuadées de cela, elles aussi. Car il en va véritablement de leur survie.

Nous le savons tous, notre environnement est de plus en plus complexe et exigeant. A l’échelle individuelle, nous sommes dépassés par la masse d’informations qui circule, par un monde qui avance à une allure effrénée, par des problématiques enchevêtrées et toutes corrélées les unes aux autres.

Le « système » semble nous échapper. Nous n’en avons plus qu’une vision très partielle. Le principe linaire de « une cause produit un effet. Identifions la cause de notre problème pour en trouver la solution » est désormais obsolète. Les systèmes sont tellement imbriqués les uns aux autres et complexes qu’une décision a priori anodine peut produire, par amplification, des effets majeurs, et ce à la fois à plusieurs milliers de kilomètres de là (du fait de la globalisation des systèmes), et plusieurs mois ou années après (ce que les systémiciens nomment l’effet retard)…

« C’est l’effet Papillon, petite cause, grandes conséquences » chantait Bénabar il y a déjà 10 ans de cela.

Cette impression de perte de contrôle vient miner la confiance des collaborateurs: « C’est trop compliqué », « Ce problème nous dépasse », « On n’a plus de prise sur rien », « On ne peut rien faire »… Ce qui les amène naturellement à se replier sur eux-mêmes, à limiter les contacts (l’autre étant vu comme un vecteur de complexité), à se sentir en incapacité d’agir, à freiner les bonnes idées qui, dès lors qu’elles ne viennent pas de soi, sont perçues comme une menace… Cette tendance au découragement, je la côtoie tous les jours, auprès des personnes que j’accompagne en coachings individuels ou d’équipes.

 

Or c’est bien là que le bât blesse. Le manque de collaboration et de coopération au sein des équipes devient un obstacle majeur à la réussite collective, mais aussi, au bien-être des individus. L’enjeu est de dépasser ce possible repli pour au contraire pousser les collaborateurs à « traverser » la complexité par la coopération. Les entreprises qui arrivent à générer cet esprit collaboratif, acquièrent un véritable avantage compétitif. Le système s’ouvre, devient créatif, agile, performant. Les individus musclent leur confiance en eux et leur estime personnelle.

 

L’intelligence collective est donc un facteur clé de succès face à une compétition féroce et mondiale. Dans le monde des équipes et des organisations, chacun sait que la force du collectif fait que 1 + 1 est égal à 3, voire même, soyons fous, à 4 ! Elle permet :

  • au niveau individuel : engagement et épanouissement
  • au niveau des équipes : agilité, jeu de jambes et créativité
  • au niveau de l’entreprise : performance économique et capacité à innover.

Or ce n’est pas toujours ce que constatent les dirigeants que je rencontre… Trop souvent, l’intelligence du groupe n’est malheureusement même pas à la hauteur des intelligences individuelles réunies.

Pourquoi?

Parce que l’intelligence collective n’est pas innée. Elle a besoin d’être accompagnée, stimulée, orchestrée. C’est un art difficile qui nécessite une bonne maîtrise des dynamiques collectives et organisationnelles.

Coaching intelligence collective

C’est là que le coaching prend tout son sens.

Selon moi, l’enjeu est de commencer par accompagner les individus dans leur croissance personnelle. Ce chemin vers une plus haute conscience et une meilleure connaissance de soi est un accélérateur de relations positives et collaboratives. Quand on se connaît mieux, on s’aime mieux et on parvient à mettre en sourdine nos comportements défensifs et contreproductifs. On devient plus capable de comprendre l’autre, d’intégrer son cadre de référence au nôtre. Ce faisant, on embrasse mieux la « réalité », on gagne en créativité et en agilité. C’est une démarche gagnant-gagnant pour les personnes ET pour l’entreprise, qui au final gagne en performance.

 

J’ai envie de partager avec vous les 5 « ingrédients » identifiés par Peter Senge – professeur au MIT, spécialiste des questions de Management et de Leadership – comme étant les caractéristiques des organisations ouvertes et performantes, ayant acquis la capacité d’apprendre plus vite que la concurrence.

1- La maîtrise personnelle, ou chercher à toujours se développer personnellement, à augmenter connaissance, conscience et maîtrise de soi.

2- Savoir remettre en cause ses modèles mentaux, c’est-à-dire ses idées préconçues, ses a priori, ses préjugés. Pour cela il faut être capable de les identifier, de challenger ses propres croyances, d’apprendre à s’ouvrir à la représentation de l’autre (il n’y a pas une réalité mais DES réalités). Indispensable pour sortir des sentiers battus, tester de nouvelles solutions, faire tomber les résistances au changement…

3- Construire une vision partagée, un rêve commun qui fasse sens pour tous collectivement et individuellement, et auquel chacun ait envie de contribuer.

4- L’apprenance en équipe : une organisation apprend seulement si ses membres apprennent. Il s’agit de créer les conditions de la réflexion collective, en encourageant les interactions, l’écoute, les échanges ouverts. Apprenons à apprendre ensemble !

5- Enfin, la pensée systémique. Elle intègre et combine les 4 précédentes disciplines, et c’est en cela que c’est LA discipline. Elle nous pousse à voir les sujets dans leur globalité, à considérer que tous les problèmes sont imbriqués et doivent être considérés comme un ensemble. Elle s’intéresse plus aux interactions entre les éléments du système qu’aux éléments pris séparément.

 

Les visions top down « Je pense donc tu suis », les structures pyramidales, le management patriarcal, s’ils restent encore très présents, notamment dans les petites structures (TPE, PME), vont devoir laisser peu à peu la place à des organisations ouvertes, à des structures horizontales, à un Management collaboratif.

C’est pour moi une immense source de satisfaction que d’accompagner chaque jour ces transformations! Je reviendrai très bientôt vous parler d’un programme que je suis en train de co-créer, mêlant formation et coaching, et qui vise précisément à stimuler l’intelligence collective dans les organisations. Alors à très vite !